Avatar

Rémy Cerda

Né en 1997, en Provence. Enfance paisible malgré la varicelle et une absence totale d'intérêt pour les cartes Pokémon. Acquiert au contact des petits touristes affluant dans le camping familial une solide connaissance des traductions dans diverses langues de mots comme « coup-franc », « gardien de but », « désinfecter ».
Collège, lycée : émet beaucoup de piaillements suraigus pour rien.
Classes préparatoires à Toulouse. Premier carnet de dix places à l'inexprimable cinéma Utopia. Prise de concience majeure : voir des films, c'est mieux que travailler.
Études au département d'Informatique fondamentale de l'ENS. Y découvre qu'il peut combler le temps qu'il ne passe pas à voir des films en faisant de la radio.

Aime brancher plein de câbles dans un studio, lire, Schubert surtout si c'est Sokolov qui joue, les films violemment tragiques comme Le Fils de Saul ou Chinatown, les films délicatement tragiques comme Bird People ou La Grande Bellezza, la beauté d'une théorie mathématique inutile, cuisiner, rentrer chez lui et écouter le silence, Le Maître et Marguerite, la passerelle Viguerie.

Dernières apparitions