Rémy Cerda

Avatar

Biographie

Né en 1997, en Provence. Enfance paisible malgré la varicelle et une absence totale d'intérêt pour les cartes Pokémon. Acquiert au contact des petits touristes affluant dans le camping familial une solide connaissance des traductions dans diverses langues de mots comme « coup-franc », « gardien de but », « désinfecter ».
Collège, lycée : émet beaucoup de piaillements suraigus pour rien.
Classes préparatoires à Toulouse. Premier carnet de dix places à l'inexprimable cinéma Utopia. Prise de concience majeure : voir des films, c'est mieux que travailler.
Études au département d'Informatique fondamentale de l'ENS. Y découvre qu'il peut combler le temps qu'il ne passe pas à voir des films en faisant de la radio.

Aime brancher plein de câbles dans un studio, lire, Schubert surtout si c'est Sokolov qui joue, les films violemment tragiques comme Le Fils de Saul ou Chinatown, les films délicatement tragiques comme Bird People ou La Grande Bellezza, la beauté d'une théorie mathématique inutile, cuisiner, rentrer chez lui et écouter le silence, Le Maître et Marguerite, la passerelle Viguerie.

Dernières apparitions

20 juin 2018

Des toiles plein les yeux n°94

Dernière de l’année pour votre émission de cinéma sur Trensistor ! À cette occasion, Rémy reçoit Maé et Juliette pour Trois visages, de Jafar Panahi. De belles idées pour un film bancal, hélas.

13 juin 2018

Sciences vagabondes n°3

Deuxième temps de notre entretien avec Gilles Clément, où nous revenons sur le versant plus politique de sa pensée du jardin.

6 juin 2018

Des toiles plein les yeux n°93

Cette semaine, on part en Espagne pour le tant attendu Don Quichotte de Terry Gilliam, qui nous fera voyager bien plus loin que la Manche, par-delà les époques et les frontières de notre ridicule monde réel.

6 juin 2018

Sciences vagabondes n°2

Rémy et Alice ont rencontré Gilles Clément, jardinier, paysagiste et écrivain connu pour sa pensée novatrice du « jardin en mouvement », qui a conçu les jardins de l’ENS de Lyon.

30 mai 2018

Dans les coulisses… de l’#OccupEx du 1, Place de l’École

Le temps d’un reportage, rejoignez la Lutte !

23 mai 2018

L’édito économique du 23 mai 2018

L’instauration d’une sélection à l’entrée de l’université fait ressurgir l’idée d’une marchandisation de l’enseignement supérieur.

23 mai 2018

Le Journal radiophonique amplifié n°38

Dernier Amplifié de l’année, où nos chroniqueurs ont échangé leurs chroniques, pour un résultat haut en couleurs.

23 mai 2018

Les Yeux Ont des Oreilles n°37

Une émission consacrée à la pluie en littérature : quelques gouttes de nostalgie, de grandes averses de joie, et des orages de désespoir…

23 mai 2018

Des toiles plein les yeux n°92

Au programme de cette semaine, deux films fraîchement émoulus de Cannes…

16 mai 2018

Des toiles plein les yeux n°91

De retour après une longue pause, nous reprenons avec La Révolution silencieuse, de Lars Kraume, où une minute de silence se transforme en affaire d’État… Juste et touchant, nous disent Coline et Sarah.

10 mai 2018

Le Journal radiophonique amplifié n°37

Exceptionnellement, nous sommes en direct de la salle occupée depuis une semaine à l’ENS, pour un numéro au cœur des mobilisations de ce printemps.

2 mai 2018

Salaire à vie contre « orientation » et prêts étudiants

Dans cette intervention d’une heure et demie, suivie d’une heure de questions, l’universitaire engagé qu’est Bernard Friot défend sa vision réactualisée du communisme, relisant les acquis sociaux comme les premières batailles d’un combat révolutionnaire depuis longtemps engagé.

26 avril 2018

Le Journal radiophonique amplifié n°36

De retour après une Journée de la radio épuisante mais passionnante, nous voilà pour un point sur l’actu ! Au programme : des ZAD, Despacito et de la danse.

11 avril 2018

JdR 2018, « Trensistor, raconte-nous une histoire ! » — 2nde table ronde

La fiction, au fond, n’est-elle pas le cœur de la radio ?

11 avril 2018

Des toiles plein les yeux n°90

Au programme de ce numéro enregistré en direct de la Journée de la Radio : Mobile Homes, de Vladimir de Fontenay.